×
×

Les douleurs de croissance de la chaîne Balls & Glory

Publié le 24/04/2018 dans Inspiration

Les douleurs de croissance de la chaîne Balls & Glory

Wim Ballieu a deux passions : l’alimentation et l’entrepreneuriat. À 21 ans, ce fils de boucher et cuisinier de Flandre-Occidentale dirigeait déjà une entreprise de restauration. “À 29 ans, je me suis remis en question. La cuisine et l’entrepreneuriat me manquaient. J’ai vendu ma société et je me suis retrouvé à rouler des boulettes chez une amie qui organisait des ateliers de cuisine. C’est ainsi qu’est né Balls & Glory, la célèbre chaîne de restaurants qui sert exclusivement des boulettes (viande, volaille ou veggie). Cinq ans plus tard, Balls & Glory est présent à Gand, Anvers, Bruxelles et Louvain — en plus du food truck. “Tout le monde juge notre progression rapide. Pas moi. Regardez Ellis Gourmet Burger. Nous avons lancé notre formule de plat unique quasi en même temps et ils ont déjà 23 restaurants dans trois pays. Nous, nous allons faire nos premiers pas aux Pays-Bas.”

La méthode essais-erreurs a toujours fait partie de notre philosophie.

Wim Ballieu, Balls & Glory

Un plan A4

La méthode essais-erreurs a toujours fait partie de notre philosophie. Nous avons ouvert notre deuxième restaurant à Bruges, et nous l’avons fermé. Nous faisons en sorte de digérer rapidement nos erreurs et de rebondir tout aussi vite. Disposer d’un business plan clair et précis nous aide beaucoup. Ce plan, je l’avais écrit sur un simple A4 au tout début : un rêve international, cinquante restaurants en 2025 dont un à New York. Je ressors souvent cet A4 pour me dire : ‘Hé les gars, on veut juste que nos boulettes soient les meilleures et les plus abordables !’ Ça aide à rester flexible sans perdre l’objectif de vue.”

Société d’experts

“J’ai toujours essayé de mettre les bonnes personnes au bon endroit. J’aime les sociétés pleines de gens ultra-spécialisés qui se limitent à faire ce qu’ils font de mieux. Je suis convaincu que chacun doit miser sur son propre talent. Mais en cas de croissance rapide, vous n’avez pas toujours le choix et certains se retrouvent à cumuler deux fonctions, même s’ils n’excellent que dans une seule. Ce n’est pas top. Et ça vaut pour moi aussi : je fais un tas de choses qui ne sont pas ma tasse de thé et que je ne fais donc pas volontiers. Ça fait partie du deal. Dès que vous avez le budget, déléguez ce que vous ne savez ou ne voulez pas faire à quelqu’un de plus compétent. Et concentrez-vous sur ce que vous aimez, avec enthousiasme. Parce que personne ne connaît votre marque, votre ambition, votre vision et votre stratégie aussi bien que vous.”

Perspective

Un magazine et un blog en ligne où les directeurs d’entreprises comme vous découvriront comment porter un regard inédit sur leur société.

Feuilletez, lisez, le dernier magazine !

Rubriques

 

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !