Aller directement au contenu principal
×
×

Mobile Private Networks : le dénominateur commun des technologies

Publié le 02/06/2020 dans Solutions et services

Mobile Private Networks : le dénominateur commun des technologies

Les entreprises ont tendance à adopter la technologie réseau la plus appropriée à déployer. Une multiplication de moyens qui peut mener à des situations peu efficientes. Et s’il existait une solution all-in-one basée sur la technologie mobile ?

Vers une technologie unique

Supporter un ensemble de technologies réseau dans un même périmètre structurel. Voilà un défi auquel certaines organisations sont confrontées, sans pour autant connaître la solution miracle. “Les acteurs industriels de notre paysage économique ne peuvent pas se permettre d’adopter une technologie unique sans être certains qu’elle pourra répondre à l’ensemble de leurs besoins d’automatisation et d’applicatifs mobiles puissants”, souligne d’emblée Arnaud.

Mais si des technologies actuelles, telles que le Wi-Fi, ont leurs limites, la nouvelle génération de technologie mobile va être capable de les surmonter : bienvenue à la 5G. “Le Wi-Fi est parfait pour un environnement de bureaux, mais peut être sujet à des interférences dans des environnements plus complexes ou des constructions à ossature métallique, par exemple. De son côté, la 5G permettra de proposer des déploiements locaux ainsi qu’une couverture géographique étendue, jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres.”

Proximus lance le premier réseau 5G de Belgique.

Découvrez la 5G

L’adoption de la 5G variera en fonction du secteur. Lisez la vision d’Arnaud Brehonnet à ce sujet.

Applications de la 5G

Mobile Private Networks

Le choix des organisations ne s’arrête bien entendu pas à celui de la seule technologie. Elles doivent également tenir compte du niveau critique des données et de leur volume. “C’est là que les Mobile Private Networks font la différence : les données restent au sein de l’entreprise.” Et si les réseaux mobiles privés ne sont pas une nouveauté, ils étaient surtout tant bien que mal déployés dans des secteurs très particuliers, tels que les mines ou les plateformes offshore.

“Des endroits souvent désertés par les opérateurs. Mais cela appartiendra bientôt au passé. Place à une solution all-in-one, grâce aux Mobile Private Networks combinés à la 5G”, annonce notre expert.

De son côté, la 5G permettra de proposer des déploiements locaux ainsi qu’une couverture géographique étendue, jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres.

Arnaud Brehonnet

author

Spectres et Slicing

Il existe actuellement plusieurs types d’architectures de réseaux mobiles privés. La plus courante consistant à créer des réseaux cloisonnés par rapport au réseau public. “Ce modèle est basé sur un spectre de fréquences dédiées pouvant être attribué à des acteurs industriels, comme c’est le cas en Allemagne pour, par exemple, les constructeurs automobiles.”

Une seconde consiste à utiliser les ressources d’un réseau public. “Avec cette méthode de Local Breakout, il n’est plus nécessaire de conserver une partie du spectre, le Graal des opérateurs mobiles.” La troisième possibilité (dont on entendra encore parler) est le Slicing : “Une sorte de découpe d’un réseau purement public en plusieurs sous-réseaux pouvant répondre aux besoins mobiles privés ou publics. Ici, les données vont transiter dans le cœur du réseau mobile public avant d’atteindre le serveur d’application.”

L’objectif est d’utiliser le Mobile Private Network pour le plus grand nombre possible de cas d’usage.

Arnaud Brehonnet

Le MPN comme colonne vertébrale

En écoutant Arnaud, on comprend que déployer un réseau mobile privé, c’est aussi réaliser un investissement important en termes d’infrastructure. “Il faudra donc que le retour sur investissement soit le plus élevé possible. L’objectif est d’utiliser ce réseau privé pour le plus grand nombre possible de cas d’usage. Le tout via une solution unique. Comme une véritable colonne vertébrale pour l’ensemble des communications de machine à machine, de personne à personne et de personne à machine. Une telle ambition requiert également une technologie à très hauts débits de transmission et à faibles temps de latence : la 5G.”

Un réseau mobile privé pour qui ?

On comprend facilement que le réseau public est synonyme de ressources partagées, alors que le réseau privé assure une bande passante dédiée. En tant que spécialiste, Proximus pointe plusieurs secteurs pour lesquels une infrastructure de type Mobile Private Network paraît logique : “En première ligne, le secteur industriel, afin d’accélérer l’automatisation. Mais aussi les secteurs portuaire, aéroportuaire, logistique, ou encore la Défense et les services de sécurité. D’ici deux ans, ce type de solution sera déployée à grande échelle”, conclut Arnaud.

Vous recherchez un contenu inspirant qui peut aider votre entreprise à progresser? Lisez ensuite le magazine One pour les grandes entreprises et le magazine Perspective pour les petites et moyennes entreprises.

Ingénieur en Électronique et Informatique Industrielle et titulaire d’un Master de Sciences en Électronique et Automatisme, c’est chez Nokia Finland qu’Arnaud Brehonnet va faire ses premières armes. Il a rejoint Proximus en 2001 dans le cadre du déploiement des différents réseaux mobiles sur le territoire belge. Aujourd’hui, il participe à l’extension du portfolio en tant que Product Manager Mobile Network & Value-Added Services.

Experts

Nos experts vous tiennent au courant des dernières nouvelles et tendances pour les professionnels de l'ICT.

Les autres articles de Experts

Rubriques

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !