Vous avez dû fermer boutique temporairement ? D’autres opportunités s’offrent à vous via Instagram ou avec un webshop

Publié le 27/03/2020 dans Service

Vous avez dû fermer boutique temporairement  ? D’autres opportunités s’offrent à vous via Instagram ou avec un webshop

Que faire maintenant que vous avez dû fermer les portes de votre boutique ? Isabeaux Lens fait partie des nombreux entrepreneurs belges touchés par la crise du coronavirus. Son commerce (presque) éponyme, Isabeau, établi à Lint, ne disposait pas de webshop. Elle risquait donc de se retrouver sans revenus du jour au lendemain. Mais elle a réagi vite et de manière créative. Isabeaux vend désormais par le biais d'Instagram et de Facebook et, après une semaine, son webshop est sur le point d'être lancé. Elle explique comment elle y est parvenue.

Trois conseils en or d'Isabeaux Lens :

  • Utilisez vos réseaux sociaux comme canaux de promotion et de vente : publiez-y des conseils et des informations sur vos produits, partagez des petites vidéos et réagissez rapidement aux messages des clients.
  • Soyez créatif : un magasin physique n'est pas le seul moyen de vendre. Un webshop (temporaire) peut rapidement être créé.
  • Ne restez pas les bras croisés : cherchez du soutien auprès d'autres entrepreneurs et échangez conseils et astuces.

Isabeaux Lens a fait des études de psychologie appliquée, mais a vite découvert que sa véritable passion était la mode. Cela fait maintenant un peu plus de deux ans qu'elle a ouvert Isabeau. Ce qui a commencé avec une collection restreinte s'est rapidement développé en une activité florissante, avec une grande communauté de fans sur les réseaux sociaux. Et elle en recueille désormais les fruits.

Comment faire pour lancer son propre commerce ?

« Comme pour beaucoup de gens, c'était pour moi un véritable rêve d'enfant : j'ai simplement osé franchir le pas et je m'y suis investie entièrement, en ouvrant tout de suite un magasin physique. Et les choses ont bien tourné. J'ai débuté avec une petite collection et, en l'espace de deux ans, ça s'est grandement développé : il y a vite eu davantage de marques et de portants en boutique. »

Une success story donc... Mais vous voilà soudainement obligée de fermer vos portes en raison de la crise du coronavirus. Comment avez-vous vécu cette décision ?

« Cette annonce m'a d'abord effrayée. Au début, on nous a dit que l'on devrait fermer boutique le week-end. J'ai alors réalisé que l'on allait en pâtir. Car le samedi est bien évidemment un jour crucial dans notre secteur. Mais on s'est dit : "OK, on va ouvrir le lundi, on va organiser des nocturnes ou des séances de shopping privées..." Plein d'idées créatives ont alors jailli, mais... »

... mais rien ne s'est concrétisé ?

« Exactement. J'ai laissé passer le week-end et la prise de conscience a eu lieu après : rien de tout cela n'était réalisable, pour la sécurité de chacun. J'ai donc immédiatement décidé dès le lundi de fermer le magasin. Et le mercredi qui a suivi, les fermetures étaient rendues obligatoires. À juste titre : nous devons tous prendre soin les uns des autres. »

Combien de personnes employez-vous ?

« Ma maman vient m'aider en semaine et j'emploie une étudiante et une vendeuse. Étant donné la situation, ils ne travaillent pas pour l'instant. Ils sont heureusement très compréhensifs. Ils sont prêts à aider si besoin, mais pour l'instant, je gère les choses toute seule. »

En temps normal, vous vendez juste en boutique et non en ligne ?

« En effet. Jusqu'à peu, je réalisais 99 % de mes ventes en magasin, et très sporadiquement via Instagram, quelques fois par mois tout au plus. Et si c'est déjà arrivé, c'était à la demande d'une cliente. Pour moi, le contact physique est très important : ma priorité est de pouvoir offrir un service personnalisé aux clientes. »

Instagram est un canal très important pour moi. Plus j'y suis présente, meilleures sont mes ventes physiques.

Mais de nombreuses personnes vous suivaient déjà sur les réseaux sociaux ?

« Oui. Instagram surtout est un canal très important pour moi. Plus j'y suis présente, meilleures sont mes ventes physiques. Je le sens énormément. Je publiais déjà avant quelque chose tous les jours et je faisais une story de temps en temps, par exemple lors d'une nouvelle livraison ou d'une petite fête au magasin... »

Comment vous y prenez-vous désormais ?

« Dès que l'on a clairement su comment allait évoluer la situation, j'ai décidé de miser pleinement sur Instagram et Facebook en tant que canaux de vente. J'y montre autant que possible à nos clientes ce que nous avons en boutique, quels sont les prix, et les clientes peuvent aussi me contacter pour une livraison. »

« En plus d'une photo chaque jour, j'y publie désormais beaucoup plus de stories. Je réalise aussi une vidéo quotidienne en direct dans laquelle je présente plusieurs tenues. Je donne ainsi à mes clientes plus d'informations sur le prix, les matières, les tailles, le rendu... Et ça fonctionne très bien : je reçois beaucoup de réactions. »

Comment se déroulent les ventes via Instagram ?

« Quand une cliente me contacte, je réagis le plus vite possible. On détermine ensuite la taille ensemble. C'est une information que j'ai déjà dans mon ordinateur pour les clientes existantes, mais pour les nouvelles clientes, j'appelle aussi parfois pour savoir ce qui est le mieux. Mon téléphone n'arrête pas de sonner, mais c'est justement très plaisant. »

Avez-vous vu les demandes gonfler rapidement ?

« Oui, assez : le lundi, j'ai dû envoyer trois ou quatre colis, mais dès le mardi, j'ai vite atteint les quinze demandes par jour. »

Est-ce que cela compense la fermeture de votre boutique physique ?

« La différence avec une bonne journée de ventes, surtout un samedi, est bien sûr énorme. C'est difficile à rattraper. Mais actuellement, tout ce que l'on peut faire aide déjà un peu, et je suis vraiment très contente que l'on puisse encore faire cela. Beaucoup d'établissements horeca ne peuvent rien entreprendre pour le moment, donc je pense que l'on a encore de la chance. »

« Je dépose le colis devant la porte et j'envoie un message de livraison à mes clientes, afin d'éviter tout contact. »

Vous faites vous-même les livraisons ? Comment vous-y prenez-vous ?

« La plupart des demandes que je reçois proviennent d'un rayon d'environ 25 km. Donc je peux facilement assurer la livraison moi-même. Si c'est plus loin, j'envoie parfois la commande par la poste. Mais j'essaie d'éviter. Je ne veux pas prendre le risque que les colis soient bloqués quelque part si la situation venait à changer et que bpost doive également interrompre ses activités. Je veux m'assurer que mes clientes reçoivent bien leur colis. Je le dépose devant leur porte et je leur envoie un message de livraison, afin d'éviter tout contact. »

Suivez-vous aussi des mesures d'hygiène lorsque vous préparez le colis ?

« Oui. Par mesure de sécurité, je me lave régulièrement les mains et je porte des gants. »

Parallèlement à la vente via Instagram, vous êtes aussi en train de lancer votre propre webshop ?

« Cette situation m'a amenée au constat que ceux qui avaient déjà un webshop ont une longueur d'avance. Cela représente plus de travail que je ne me l'imaginais, mais en principe, il devrait être mis en ligne le lundi 23 mars. Reste à savoir si nous continuerons ce webshop temporaire par la suite, mais nous n'y sommes pas encore. »

Avez-vous d'autres conseils pour les entrepreneurs en ces temps difficiles ?

« Je suis quotidiennement en contact avec d'autres magasins de vêtements des communes avoisinantes. Nous nous échangeons par exemple les informations des pouvoirs publics. Mais le plus important est que nous nous soutenons et nous encourageons, ce qui aide énormément. Nous avons convenu de ne pas laisser cela nous envahir mentalement, de rester positifs et de faire tout ce qui est en notre pouvoir. »

Suivez Isabeau sur Instagram et découvrez son site web.

Katleen

Etre efficace, c'est mon dada. Attendez-vous à des conseils concrets, des applications et des services qui vous faciliteront la tâche!

Les autres articles de Katleen

Rubriques

 

Contact

Nos Bizz Experts se tiennent à votre disposition. Choisissez votre mode de contact.

Besoin d'aide?

Besoin d'aide?

Un conseiller se tient à votre disposition