L’histoire de la sonnerie de GSM la plus célèbre de tous les temps

Publié le 06/08/2018 dans Musique

L’histoire de la sonnerie de GSM la plus célèbre de tous les temps

Contrairement à ce que son nom indique, Crazy Frog n’avait, à la base, rien d’une grenouille. Il faut savoir que le nom originel de cette créature pétardante n’était autre que « The Annoying Thing », littéralement « la chose emmerdante ». C’est tout de suite plus parlant, non ? Il est d’ailleurs assez rare de trouver des « grenouilles » de ce calibre dans la nature. Et on ne parle même pas de la petite extension cartilagineuse ostentatoire qui pointait entre ses jambes. Bref, oublions ce détail dégoutant et intéressons-nous plutôt à la success story de ceux qui ont travaillé sur le personnage animé qui a détrôné toutes les latinos sexys des charts dans les années 2000.

Spoiler : c’est comme souvent l’histoire d’un visionnaire, d’un talent et d’une multinationale pleine d’argent. On ne vous dira pas qui perd à la fin.

Démarrage en douceur

En 1993, le premier des deux génies rentre en scène : Daniel Malmedahl, aka l’homme machine. Cet étudiant suédois de 17 ans est devenu en l’espace de quelques mois une véritable sensation planétaire. Vous ne le connaissez sans doute pas, sauf si vous êtes fan de compétitions de bruitages, mais Daniel est un fameux champion. Il est champion dans l’art d’imiter des bruits de moteurs de voiture. C’est une passion (presque) comme une autre. Sauf qu’à l’époque où Internet n’en était qu’à ses balbutiement, les effets de buzz n’étaient pas chose courante, du coup se trouvaient vite décuplés. Une simple vidéo postée sur le web et la toile s’affole; une télévision suédoise le contacte et l’invite à se produire pour qu’il fasse partie d’un show humoristique où il pouvait pétarder en toute impunité.

Ensuite, ce fût l’époque The Insanity Test. Le principe était simple: le public est confronté à une image de voiture avec en bruit de fond, la fameuse imitation de moteur de Daniel et sa voix gonflée à l’hélium. Parmi eux, ceux qui ne pouvaient pas s’empêcher de rire étaient qualifiés de « sains d’esprit », les autres… tant pis pour eux. Personne n’a jamais prouvé la valeur psychiatrique réelle de ce test mais l’humour des années 2000 était assez particulier. Vous pigerez vite que c’est ici que naquit la fameuse introduction insupportable du tube de Crazy Frog.

Tuning sur mesure

C’est en 2003 que le côté visuel arrive. Erik Wernquist, suédois lui aussi, décide d’ offrir une réelle identité visuelle à ce bruit à la fois si mécanique et si… personnel. Erik est un artiste qui fait des animations graphiques et de la modélisation 3D. Après un long brainstorming pour savoir à quoi ou plutôt à qui devait ressembler ce bruit, une image de créature bleue anthropomorphe émerga de son esprit.

Habillée en motard exhibo avec comme seuls habits un gilet et un casque, cette bestiole fût baptisée « The Annoying Thing », histoire de ne pas trop se mouiller sur l’identité scientifique de cette créature. Ici encore, aucune mention d’une quelconque grenouille n’avait encore vu le jour.

Gros sponsors

La vidéo produite par nos deux amis ne mit pas beaucoup de temps avant d’attirer l’attention des grands groupes financiers qui ont du flair. La société Jamba!, basée en Allemagne, fasse l’acquisition des droits de cette future mine d’or.

Jamba! ou Fow Mobile Entertainment est une société qui a vu le jour en 2000 et s’est emparée très rapidement de la tendance ultime de l’époque, à savoir les sonneries mobile. Souvenez-vous… Cette vieille époque où l’on faisait la chasse aux meilleures sonneries, entre Le Seigneur des Anneaux, Mission Impossible, ou le bruit des vagues sur le sable. Tout ça c’est Jamba!. Les fameux « si toi aussi tu veux avoir une sonnerie trop stylée, envois SONNERIE au 34 35 ». C’est Jamba! aussi. Bref.

Crazy Frog était là. Tout était prêt pour conquérir le marché et c’est ce qui s’est passé. Des hits placés au plus haut des charts en Australie, France, Canada, Royaume-Uni, avec des reprises de Axel F du Flic de Beverly Hills ou We Are The Champions de Queen inondent les radios, les chaînes de clips musicaux, les différents sites internets. La folie Crazy Frog s’était propagée de façon exponentielle sans que personne ne sache le pourquoi du comment. Une chose est sûre : vous l’aviez tous les jours en tête. Une autre chose est sûre : les nombreux disques d’or et de platine qu’a reçu le batracien de synthèse ont bien rempli les bourses et porte-monnaies des détenteurs des droits. Dix millions de dollars, rien que ça.

Fin de course

Mais que sont-ils tous devenus ? Daniel Malmedahl n’est pas devenu riche malheureusement. Cela dit, il a affirmé aux micros de la BBC qu’il s’était bien marré à l’époque.

En ce qui concerne Erik Wernquist, on sent poindre l’amertume lorsqu’on l’entend se plaindre de ce qu’est devenu son « Annoying Thing » , officiellement et pour toujours Crazy Frog -  « Si j’avais su que ça allait devenir quelque chose d’aussi important je n’aurais jamais donné mon accord pour utiliser un nom aussi stupide. Il n’a rien à voir avec le personnage. Ce n’était pas une grenouille et elle n’était pas particulièrement folle. » Sinon, il se consacre toujours de son côté à ses projets de modélisation 3D.

Quant à Jamba!, la société a fait faillite en 2014 et s’en est allée mourir au paradis des Nokia 3310.

Marche-arrière

Il reste difficile d’expliquer à quel point ces deux personnes ont marqué l’industrie musicale et quel impact a eu cette mélodie sur le cerveau des jeunes adultes d’aujourd’hui, mais heureusement pour nous, un documentaire paru en 2017 s’en charge très bien. Nommé The Not So Crazy Frog, cette vidéo de quinze minutes vous fournira une petite rétrospective de ce champion de charts et de tous les tenants et aboutissants de l’histoire.

Pour les plus curieux et les plus nostalgiques d’entre vous, on vous laisse sur cette info : un compte instagram @TheCrazyFrogOfficial a été mis en ligne il y a peu de temps. Affaire à suivre… Baa aramba baa bom baa barooumba !!

T’es complètement fan de musique ? Parfait ! Parce qu’avec Epic beats, tu as des datas mobiles illimitées dans toute l’UE, pour tes applis musicales comme Spotify ou Apple Music. C’est l’idéal quand tu es sur la route, sur le camping des festivals, ou en voyage ! En plus de ça, tu peux aussi partager non-stop tes plus belles expériences via tes grandes applis sociales.

Commande maintenant ton Epic beats

Epic beats est maintenant et pendant 6 mois au même prix qu’Epic stories. Pour tout le monde !

Sophie

Passionnée du web et d’apps, un peu FOMO sur les bords, donc jamais sans mon smartphone ! #amis #famille #voyages #web #popculture #infographisme #art #fun

Les autres articles de Sophie

Rubriques

Vous avez une question?

Posez-la à l'un de nos conseillers. Faites votre choix: