×
×

Dossier

Filtrage de Nouvelles par :

La numérisation au service de la ville intelligente

Dossierpar One magazine12/11/2015

La ville intelligente n’est pas une idée lointaine : l’utilisation de nouvelles technologies nous rapproche pas à pas de l’avènement des smart cities. Le Prof. Dr Nathalie Crutzen, du Smart City Institute, et Alex Lorette, Director Enterprise Telco Solutions de Proximus, nous en disent plus.

“Le Smart City Institute a été créé au sein de la HEC-École de gestion de l’Université de Liège, en partenariat avec Proximus, Accenture et Belfi us”, explique le Prof. Dr Crutzen. “J’insiste sur notre intégration dans une école de gestion : nous n’envisageons pas le concept de smart city que d’un point de vue purement technologique. La ville intelligente exige de réinventer des processus entiers, avec la technologie comme facilitateur. Outre nos activités de recherche et de formation, nous jouons aussi le rôle d’incubateur. Nous mettons au point des solutions concrètes avec nos partenaires. En ce moment, six projets sont en cours.”

La recherche du développement durable
“Dans la ville intelligente, tous les partenaires concernés – pouvoirs publics, entreprises et citoyens – font usage des nouvelles technologies pour poursuivre ensemble un objectif de développement durable alliant prospérité pour la région, bien-être collectif et respect des ressources disponibles”, poursuit le Prof. Dr Crutzen. “Le concept d’une smart city est avant tout un idéal porteur d’une vision d’avenir faite d’initiatives progressives dans divers domaines : mobilité, gouvernance, économie, environnement (gestion des déchets et de l’eau), formation et culture, construction innovante, etc.”

Des défis pour les pouvoirs locaux
“La ville se trouve face à de nombreux défi s”, affi rme Alex Lorette, Director Enterprise Telco Solutions. “En matière de mobilité et d’environnement, notamment, avec la question des émissions de CO2, l’accroissement démographique constant met la ville de plus en plus sous pression et fait surgir de nouvelles questions. Comment utiliser l’espace urbain disponible ? Il faut des aires de logement supplémentaires, de la place pour développer des activités économiques, etc. Cela crée une zone de tension. Les moyens économiques sont limités et nous voulons en même temps faire plus avec moins.”

Le rôle des nouvelles technologies
“Beaucoup de choses ont changé au cours des dernières années”, poursuit Alex Lorette. “Le big data et l’Internet of Things off rent une foule de possibilités en termes de solutions intelligentes. La technologie évolue rapidement. Les capteurs sont fi nancièrement abordables et faciles à mettre en place. Les moyens de communication sont là. Différentes solutions sont ainsi envisageables pour la ville intelligente. Des caméras de reconnaissance de plaques d’immatriculation pour la gestion des zones piétonnes, par exemple ; des capteurs sur la voie publique pour une meilleure synchronisation des feux de circulation, ou pour une allocation dynamique des places de parking ; des capteurs dans les bâtiments pour une utilisation plus intelligente de l’énergie, ajustant l’éclairage et le chauffage aux besoins réels. Une infi nité d’applications sont possibles.”

Les précurseurs
“Londres, Amsterdam, Barcelone et Hambourg, notamment, se profi lent comme villes intelligentes”, indique le Prof. Dr Crutzen. “Les villes européennes ont cependant derrière elles une histoire dont il n’est pas simple de se défaire. C’est pourquoi l’évolution vers la ville intelligente se fait pas à pas. La situation est tout autre en Chine, par exemple, où des villes entièrement nouvelles surgissent en un rien de temps. Quand il ne faut pas tenir compte du tissu existant d’une ville, il est évidemment bien plus facile de créer une smart city.”

Des villes belges gérées intelligemment
“L’exemple le plus emblématique est probablement le stationnement intelligent – avec paiement par SMS ou par application mobile sur smartphone. Dans ce domaine, la technologie permet de créer des modèles complètement nouveaux, par exemple une application qui guide l’automobiliste vers une place de parking disponible dans le quartier”, reprend Alex Lorette. “Toutes les villes sont diff érentes et ont des besoins qui varient. Il est important que chaque ville pose le bon diagnostic et identifi e correctement ses priorités”, ajoute le Prof. Dr Crutzen. “Certaines villes veulent d’abord s’attaquer à la mobilité, d’autres privilégient la sécurité. Nous voyons en tout cas naître un tas d’initiatives très innovantes tant sur le plan de l’utilisation de technologies qu’au niveau de leur impact sur les modèles d’entreprise”, conclut-elle.

Le Prof. Dr Nathalie Crutzen est directrice du Smart City Institute et professeur associée à la Chaire Accenture en Stratégie Durable à la HEC-École de gestion de l’Université de Liège.
Alex Lorette est Director Enterprise Telco Solutions chez Proximus.

One

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 


Partagez votre avis sur cette nouvelle

Vous souhaitez partager votre avis ou commenter cette nouvelle?

Pour commenter veuillez vous loguer sur facebook.