×
×

Témoignages

Filtrage de Nouvelles par :

Les images ne mentent pas

Témoignagespar One magazine08/11/2013

Un réseau de 42 caméras (36 fixes et 6 mobiles) soutient la zone de police des Hauts-Pays dans sa lutte contre le crime. Les enregistrements ont déjà permis de résoudre différentes affaires: dépôt de déchets sauvages et infractions routières, mais aussi cambriolages et faits de violence.  28_FVL_1363

La télésurveillance permet de démasquer les cambrioleurs, agresseurs et autres contrevenants. Grâce à 36 caméras fixes et 6 appareils mobiles, la zone de police des Hauts-Pays a des yeux partout.

La plupart des gens associent les caméras de surveillance aux grandes villes, aux endroits très fréquentés et aux événements qui attirent les foules. Des cas de figure qui, à première vue, ne correspondent en rien au calme de la zone de police des Hauts-Pays. Mais les apparences peuvent être trompeuses. “La zone de police borde la frontière française sur une distance de 55 km”, explique le commissaire Frédéric Carton. “Nous sommes confrontés à de la criminalité frontalière. Nous constatons également que les criminels utilisent de plus en plus la technologie moderne. La police et les pouvoirs communaux doivent donc garder une longueur d’avance.” Les communes de Dour, Hensies, Honnelles et Quiévrain ont, en collaboration avec le territoire de la zone de police, débloqué un budget destiné au financement d’un système de vidéosurveillance. Parmi les différentes solutions proposées, c’est celle de Belgacom qui a été retenue.

La police veille au grain

La zone de police des Hauts-Pays dispose de 6 caméras mobiles qui circulent entre une quarantaine d’endroits au sein de la zone. “Ces appareils sont équipés d’une batterie de 72 heures”, continue Frédéric Carton. “Nous récupérons les images, rechargeons la batterie, puis installons ailleurs la caméra.” Le centre de télésurveillance est situé dans le bâtiment de la police de Dour. La police a recruté trois nouveaux collaborateurs. “Ils passent vite en revue les enregistrements des caméras mobiles”, explique Eric Thiébaut, bourgmestre d’Hensies. “Ils recherchent aussi des images sur demande de la police. Celles-ci sont d’ailleurs conservées pendant un mois. Nous les gardons bien sûr plus longtemps lorsque le Parquet demande certains enregistrements.” Un réseau de 36 caméras fixes permet par ailleurs à la police de veiller au grain en temps réel. Après s’être chargé de l’installation complète des caméras et des écrans, Belgacom gère aujourd’hui aussi les connexions. Les caméras fixes sont reliées via le réseau Explore, tandis que les appareils mobiles exploitent la technologie sans fil.

Des malfaiteurs démasqués

Comme en témoignent les statistiques, ce système contribue à la sécurité de la zone de police. “Il s’agit parfois de petites infractions, comme des dépôts de déchets sauvages ou des cas de stationnement illicite”, explique Frédéric Carton. “Il suffit alors d’envoyer sur place un agent et de constater le délit. Mais les faits peuvent parfois aussi être plus graves. Le cas échéant, les caméras sont susceptibles de fournir des preuves décisives. “C’était le cas lors d’une grosse bagarre, dans laquelle l’auteur des faits niait être impliqué”, explique Eric Thiébaut. “La vidéo permettait toutefois de l’identifier clairement.” Les enregistrements vidéo ont également aidé la police à retrouver des cambrioleurs ainsi que l’auteur d’un accident avec délit de fuite. “Ce système nous aide à lutter contre le crime”, estime le commissaire Carton. “Les caméras mobiles nous offrent la flexibilité dont nous avons par exemple besoin lors de grands événements comme le festival de Dour.” L’usage des caméras au sein de la zone de police n’est par ailleurs pas un secret. “Nous communiquons au sujet des affaires que nous avons résolues grâce aux caméras”, conclut Eric Thiébaut. “Les habitants de la commune savent parfaitement ce pour quoi nous les utilisons. De plus les habitants viennent proactivement demander de placer les cameras mobiles à certains endroits. Il y a donc une réelle collaboration entre la commune, la zone de police et les riverains.”

Business benefits
  • Flexibilité
  • Caméras avec connexion sans fil
  • Contrôle en temps réel
Company profile

Les Hauts-Pays sont l’une des 195 zones de police de notre pays et englobent les communes hainuyères de Dour, Hensies, Honnelles et Quiévrain.

One

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 


Partagez votre avis sur cette nouvelle

Vous souhaitez partager votre avis ou commenter cette nouvelle?

Pour commenter veuillez vous loguer sur facebook.