×
×

Témoignages

Filtrage de Nouvelles par :

La zone de police de Liège renouvelle son système de stockage vidéo

Témoignagespar One magazine20/02/2015

La zone de police de Liège renouvelle son système de stockage vidéo

Comments

Les services de police et de justice ont de plus en plus souvent recours aux enregistrements vidéo dans le cadre de leurs enquêtes. Aussi la zone de police de Liège a-t-elle demandé à Proximus un nouvel environnement de stockage pour les images enregistrées par les caméras de police.

Les caméras de surveillance constituent un outil de travail important pour la zone de police de Liège. L’installation de la première caméra remonte à 2005, mais la police a ensuite étendu progressivement le nombre de caméras, ainsi que son propre réseau de fibre optique. “Les caméras ont des fonctions très diverses. Nous les utilisons pour contrôler le trafic, voir qui entre dans la ville et qui en sort, où se trouvent les embouteillages… Les caméras servent aussi à assurer l’ordre public, entre autres pendant les manifestations et les gros événements. Elles fournissent également des images exploitables dans un contexte juridique tel qu’une enquête judiciaire”, explique Roberto Bertini, adjoint au dirigeant du service Télématique de la zone de police de Liège.

Trop peu d’espace de stockage
La zone de police de Liège compte à présent 137 caméras, dont la gestion est centralisée au siège principal. La police dispose d’un système de vidéosurveillance permettant de sélectionner et de visionner des images. “Avec le temps, le nombre de caméras, tout comme la résolution d’image, n’a cessé d’augmenter”, souligne Roberto Bertini. Une évolution qui entraîne inévitablement de nouveaux besoins en matière de stockage des données. La loi autorise les polices locales à conserver les images de vidéosurveillance pendant un mois, mais dans la zone de police de Liège, afin de faire de la place pour les nouveaux enregistrements, l’espace de stockage disponible avait à ce point diminué que la durée de conservation des images ne dépassait plus trois jours. Outre l’absence de consolidation des enregistrements, l’utilisation conjointe de plusieurs techniques et outils de stockage pesait sur la flexibilité et les économies d’échelle. Enfin, le système existant n’était pas assez performant pour supporter de nouvelles caméras HD.

Capacité et bande passante
La zone de police de Liège a donc lancé un appel d’offres invitant les fournisseurs de solutions de stockage à lui soumettre une proposition. EMC Isilon – avec Proximus comme intégrateur – s’est imposé comme le meilleur choix. Proximus s’est rendu dans les bureaux de la police, pour présenter le concept de la plateforme NAS. “L’essentiel est que nous disposions maintenant d’un environnement de stockage plus important et fiable”, déclare Roberto Bertini. “Nos besoins sont couverts, aussi bien sur le plan de la capacité que de la bande passante, même pour les enregistrements HD diffusés en multicast. En plus, la solution est redondante, ce qui exclut tout risque de perdre des images. Par la suite, nous pourrons aussi la développer facilement si nécessaire.” Dans l’ancien environnement de stockage, la zone de police de Liège disposait de 30 TB. La nouvelle solution lui offre 400 TB.

 Surveillance en direct
“Avec cette solution, nous conservons les images des caméras pendant deux à trois semaines sans problème. Il faut savoir que souvent, la demande de visionnage d’images vidéo arrive seulement après quelques jours, voire quelques semaines ; c’est par exemple le cas des enquêtes consécutives à un accident, un vol ou un autre incident. Voilà pourquoi il est si important de disposer d’une solution de stockage permettant de conserver les enregistrements vidéo assez longtemps”, poursuit Roberto Bertini. Les services de police de la zone, mais aussi d’autres zones de police et le parquet peuvent réclamer des enregistrements. En plus des enregistrements vidéo, la police utilise aussi les images transmises en direct. Au Centre de Gestion des Caméras, cinq collaborateurs exploitent les informations en temps réel. “Ils gardent ainsi un œil sur ce qu’il se passe. Grâce à ces caméras, ils voient parfois plus de choses que les agents dans la rue.”

À propos de la zone de police de Liège

La zone de police de Liège couvre 185.000 habitants et est donc la troisième plus grande zone du pays, après Anvers et Bruxelles. La police locale de Liège compte environ 1.200 collaborateurs.

Atouts
  • Capacité et bande passante suffisantes pour stocker des enregistrements HD diffusés en multicast
  • Redondance et réplication de données transparentes
  • Plateforme NAS conviviale et évolutive
  • Coûts transparents et prévisibles si la capacité de stockage doit être augmentée

Roberto Bertini est adjoint au dirigeant du service Télématique de la zone de police de Liège. Il a entamé sa carrière dans la Gendarmerie il y a 32 ans. Il se spécialise dans les applications ICT pour la police depuis 1995.

 

One

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 


Partagez votre avis sur cette nouvelle

Vous souhaitez partager votre avis ou commenter cette nouvelle?

Pour commenter veuillez vous loguer sur facebook.