×
×

Dossier

Filtrage de Nouvelles par :

La valeur ajoutée est le principal facteur de réussite

Dossierpar One magazine24/03/2015

“Si l’Internet of Things offre de nouvelles possibilités, il ne constitue pas pour autant une solution universelle. Il faut par conséquent impliquer vos utilisateurs finaux potentiels.” Telle est la vision d’Arne Jansen et de Jonathan Huyghe, chercheurs à la KU Leuven et chez iMinds.

Arne Jansen : “L’Internet of Things (IoT), c’est l’avenir, nous en sommes convaincus. Pourtant, la plupart des projets lancés aujourd’hui reposent sur la technologie actuelle. C’est logique. Dans le cas des outils de traçabilité des machines, p. ex., elle permet d’atteindre un objectif bien précis. Doter toutes sortes d’autres appareils de capteurs et les connecter à internet ne serait pas très compliqué. Reste à savoir si cette solution est vraiment toujours la meilleure.”

Jonathan Huyghe : “Beaucoup de gens continuent d’associer l’IoT avec l’exemple classique du frigo intelligent, d’un capteur qui constaterait que le lait est bientôt périmé et qui en recommanderait automatiquement en ligne. Mais serait-ce vraiment utile ? Quid s’il y a encore des bouteilles à la cave ou que je n’ai pas besoin d’acheter du lait ?”

Arne Jansen : “À l’heure actuelle, tout peut être connecté. C’est réalisable tant sur le plan technologique que financier. Mais il convient avant tout d’identifier les besoins précis de l’utilisateur pour savoir si l’IoT peut effectivement y répondre tout en apportant la bonne valeur ajoutée. Relier le frigo à une liste de courses numérique serait sans doute une meilleure idée. L’appareil pourrait p. ex. suggérer à l’utilisateur d’y ajouter certains produits.”

Une vraie intelligence
Jonathan Huyghe : “Dans la pratique, les solutions IoT sont souvent des applications existantes qu’on a gadgétisées, sans véritable utilité. Une application domotique, p. ex., n’est souvent rien de plus qu’une simple télécommande pour le chauffage et l’éclairage. Il y a valeur ajoutée dès l’instant où nous rendons ce genre d’application vraiment intelligente. Mais ce n’est pas toujours évident. Imaginez que vous ayez un système d’éclairage intelligent qui s’enclenche automatiquement lorsque vous entrez dans une pièce. Impossible, dans ce cas, d’organiser une fête surprise pour votre partenaire, puisque l’application détecte les mouvements et laisse la lumière allumée. Autrement dit, il est impossible de tout intégrer dans un algorithme.”

Jonathan Huyghe : “Il existe une foule d’applications imaginables, notamment dans le domaine de la circulation routière et des soins de santé. Je pense p. ex. à des infos sur les places de parking disponibles en ville et à l’optimisation de certains processus dans les hôpitaux. Deux conditions importantes doivent toujours être présentes. La première est le respect de la vie privée dès la conception. Cet impératif doit être intégré dès le début de la phase conceptuelle du projet, afin que les données concernant l’utilisation – et les utilisateurs – des appareils connectés restent anonymes.”
Arne Jansen : “L’application doit également laisser à l’utilisateur une liberté de mouvement absolue. C’est à lui que doit revenir la décision finale, pas à l’application. L’IoT permet d’offrir à l’homme une nouveauté ou une amélioration, p. ex. en automatisant le réglage du chauffage pour le calquer sur le rythme de vie de l’utilisateur. Cependant, celui-ci doit pouvoir modifier la température à tout moment. C’est le principe d’un thermostat intelligent. Une application ne peut jamais prendre à elle seule toutes les décisions. En d’autres termes, l’utilisateur doit savoir et comprendre ce qui se passe et pouvoir intervenir à tout moment.”

Arne Jansen et Jonathan Huyghe sont des chercheurs rattachés au Centre for User Experience Research de la KU Leuven et d’iMinds. Le centre mène des recherches appliquées sur la manière dont les gens perçoivent la technologie. Ses domaines de travail incluent la télé interactive, les jeux sérieux et les soins de santé.

One

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 


Partagez votre avis sur cette nouvelle

Vous souhaitez partager votre avis ou commenter cette nouvelle?

Pour commenter veuillez vous loguer sur facebook.